Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Aide à la subsistance pour sept Clarisses

Donner

Eigener Betrag in CHF

Der eingegebende Betrag ist tiefer als der Mindestbetrag von CHF 1
Bitte rufen Sie uns an für eine Spende über diesen Betrag: 044 297 21 21
CHF
Jeder zusätzliche Franken stärkt den Umweltschutz.
Bosnie-Herzégovine 01/2019
 

Beaucoup de monastères occidentaux ne peuvent que rêver d’avoir une moyenne d’âge de 41 ans. Les Clarisses de Brestovsko, en Bosnie-Herzégovine, sont encore jeunes : une seule sœur a plus de 60 ans, et deux des sœurs n’ont même que 24 et 26 ans. Le monastère a été fondé en 1989, immédiatement après l’effondrement du communisme. A cette époque, la Yougoslavie existait encore. Quatre religieuses sont alors venues de la ville de split, aujourd’hui située en Croatie, pour fonder un monastère sur le territoire de l’actuelle Bosnie-Herzégovine.

Aujourd’hui, il y a sept sœurs qui mènent ici une vie de prière incessante dans la pauvreté et l’isolement. Elles cultivent des légumes pour leur usage propre dans un jardin potager. Pour gagner leur vie, elles cuisent et vendent des hosties et cousent des vêtements sacerdotaux, mais ce qu’elles en retirent ne suffit même pas pour couvrir leurs modestes besoins. Ce sont surtout les soins de santé qui sont pour elles un lourd fardeau.

Plus

L’AED soutient bien volontiers les sœurs contemplatives qui prient dans le secret pour l’Église et les besoins du monde, bien que beaucoup de gens croient aujourd’hui que les religieuses « ne servent à rien ». Le fondateur d’AED, le Père Werenfried van Straaten, a trouvé un jour une image évocatrice pour décrire le travail caché des soeurs contemplatives. Il les a comparées à la neige : « La neige pure sur les hautes montagnes au soleil de l’amour de Dieu. La neige fond, disparaît, et semble apparemment inutile. Mais regardez !  De petits ruisseaux s’écoulent, deviennent plus larges, fusionnent en des courants sauvages, et deviennent des chutes d’eau qui mettent en mouvement les centrales électriques, les machines, les usines et des industries entières. Ils font surgir des océans de lumière et continuent de couler pour transformer les plaines arides en champs fertiles, pour recouvrir un monde gris d’arbres, de plantes, de céréales, de fleurs, de fruits et de beauté, et pour apporter des cargaisons de nourriture et de tout ce qui est nécessaire à une vie digne dans des contrées lointaines... C’est l’essence de toute vie contemplative, de toute présence silencieuse auprès de Dieu, de toute disposition à écouter la Parole de Dieu. »

Nous soutenons chaque année les sœurs de Brestovsko par une petite contribution à leur frais de subsistance, et cette année nous les aiderons encore à hauteur de 2.100 euros. Les sœurs prient pour tous ceux qui les aident !