Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Des livres pour le séminaire de Karaganda

Donner

Eigener Betrag in CHF

Der eingegebende Betrag ist tiefer als der Mindestbetrag von CHF 1
Bitte rufen Sie uns an für eine Spende über diesen Betrag: 044 297 21 21
CHF
Jeder zusätzliche Franken stärkt den Umweltschutz.
Kazakhstan 02/2019
 

Le Kazakhstan est un vaste pays dont le territoire, de plus de 2,7 millions de kilomètres carrés, fait plus d’un quart des États-Unis ! Pourtant, le pays n’a que 18 millions d’habitants. Depuis 1991, cette ex-République soviétique est indépendante.

La population est musulmane à 70 %. Il y a environ 25 % de chrétiens, mais la plupart d’entre eux appartiennent à l’Église orthodoxe russe. Les catholiques ne forment qu’une minorité de 300.000 fidèles. La plupart d’entre eux sont d’anciens déportés ou leurs descendants, et ont des racines polonaises, allemandes, baltes ou ukrainiennes.

Le Kazakhstan est un exemple particulièrement beau de coexistence amicale entre catholiques et orthodoxes. Il y a fréquemment des rencontres et des initiatives conjointes. Tout récemment, à l’occasion du Noël orthodoxe qui a été célébré le 7 janvier, le président de la Conférence épiscopale catholique du Kazakhstan, Mgr José Luís Mumbiela Sierra du diocèse de la Sainte Trinité, dont le siège est à Almaty, a rencontré le métropolite orthodoxe russe Aleksandr pour lui adresser ses meilleurs vœux de Noël au nom des autres évêques catholiques, des prêtres et des fidèles catholiques. Des cadeaux ont été échangés et les discussions ont porté sur différents problèmes importants auxquels les deux Églises sont actuellement confrontées.  

Plus

Les défis auxquels les chrétiens sont aujourd’hui confrontés concernent également les douze jeunes hommes qui se préparent en ce moment au séminaire de Karaganda – le seul séminaire catholique du pays – à être ordonnés prêtres. Il y a actuellement un peu moins de 100 prêtres catholiques dans les quatre diocèses catholiques du pays. Cela fait bien trop peu, compte tenu du fait que les fidèles sont largement éparpillés.

Afin de pouvoir bien former les futurs prêtres, le séminaire nous demande de l’aide pour compléter sa bibliothèque. Nous avons promis 1.500 euros.