Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Une maison d’exercices spirituels pour religieuses

Donner

Eigener Betrag in CHF

Der eingegebende Betrag ist tiefer als der Mindestbetrag von CHF 1
Bitte rufen Sie uns an für eine Spende über diesen Betrag: 044 297 21 21
CHF
Jeder zusätzliche Franken stärkt den Umweltschutz.
Malawi 03/2019
 

Les sœurs de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus sont une congrégation locale fondée en 1929 et opérant au Malawi et en Zambie, pays situés en Afrique australe. La congrégation compte aujourd’hui 168 sœurs ayant fait leurs vœux perpétuels et elle grandit, car des jeunes femmes continuent de rejoindre la communauté.

Au Malawi, la congrégation dirige sa propre école primaire et son jardin d’enfants. En Zambie, elle dispose de sa propre école secondaire. L’éducation des filles, qui sinon n’auraient aucun avenir, est une préoccupation majeure pour les religieuses. Certaines des sœurs s’occupent des malades et des femmes enceintes dans les zones rurales où il n’y a pas de soins de santé en dehors de ceux prodigués par les sœurs, et souvent même pas d’eau potable. Pour se rendre dans ces villages, elles doivent parcourir de longues distances. Elles se battent surtout pour les albinos, que le soleil peut blesser en raison de l’absence de pigmentation de leur peau. Cependant, non seulement les albinos souffrent physiquement, mais ils sont également discriminés et exclus de la société. Les sœurs les accueillent et prennent soin de leurs problèmes médicaux spécifiques, ainsi que de leur souffrance psychique.  Elles s’occupent par ailleurs aussi des personnes dans le besoin, en particulier des enfants souffrant de malnutrition. Certaines d’entre elles travaillent en paroisse, y font la catéchèse et aident les prêtres pour la pastorale. La plupart des sœurs travaillent pour l’amour de Dieu, là où on a besoin d’elles.

Plus

Il est important d’affermir les sœurs dans leur vie spirituelle et leur vocation, qu’elles puissent recharger leurs batteries et se retirer au moins une fois par an pour faire une retraite. Mais elles doivent aussi pouvoir participer à des formations complémentaires. Jusqu’à présent, les chambres du noviciat étaient utilisées à cette fin. Cependant, la communauté s’agrandit, si bien que le noviciat est désormais nécessaire aux jeunes vocations. Les chambres disponibles ne correspondent plus aux besoins. La direction de la congrégation a décidé de construire un bâtiment destiné aux retraites et aux sessions de formation. Les sœurs ont elles-mêmes participé à la fabrication des briques et sont allées ramasser du sable. Une grande partie du bâtiment est déjà debout, mais on nous a demandé de l’aide pour finir les travaux. Nous avons promis 15.000 euros pour les portes, les fenêtres, les sanitaires, les plaques de tôle pour la toiture et d’autres choses encore nécessaires.