Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Aide à la formation pour 213 séminaristes à

Donner

Eigener Betrag in CHF

Der eingegebende Betrag ist tiefer als der Mindestbetrag von CHF 1
Bitte rufen Sie uns an für eine Spende über diesen Betrag: 044 297 21 21
CHF
Jeder zusätzliche Franken stärkt den Umweltschutz.
Ukraine 03/2019
 

Les trois quarts de la population de l’èparchy (diocèse) d’Ivano-Frankivsk, dans l’ouest de l’Ukraine, appartiennent à l’Église gréco-catholique, qui est subordonnée au pape mais célèbre la liturgie dans le rite byzantin. Ivano-Frankivsk occupe ainsi la première place en Ukraine en termes de nombre de fidèles. Avec 450 prêtres, dont l’âge moyen est d’environ 35 ans, c’est également Ivano-Frankivsk qui compte le plus de prêtres gréco-catholiques dans le pays.

Le flot des vocations ne s’assèche pas : au séminaire d’Ivano-Frankivsk, 213 jeunes hommes se préparent actuellement à être ordonnés prêtres. Ils sont originaires de cinq différents diocèses de l’ouest de l’Ukraine.

La construction du séminaire remonte au 19ème siècle. À l’époque soviétique, quand l’Église était persécutée, il servait de centre de formation pour les communistes. Lorsque le bâtiment a été rendu à l’Église à la fin de l’ère communiste, il était en très mauvais état. L’exploitation du séminaire a d’abord repris dans des conditions difficiles, et les séminaristes de l’époque ont dû se retrousser les manches et ont activement participé à la réparation du séminaire, qui, à l’époque, était soutenue par AED/ACN. AED/ACN a également soutenu dans un passé récent les travaux nécessaires à la préservation et à l’agrandissement du séminaire. Là aussi, les séminaristes ont participé, afin de réduire les coûts autant que possible.

Plus

AED/ACN soutient également, année après année, la formation des futurs prêtres. En effet, les coûts de l’électricité, du gaz, de l’eau, de l’alimentation ainsi que les autres dépenses contraintes ont beaucoup augmenté, et le séminaire à lui seul n’a pas les moyens d’y subvenir. Cette année, nous aimerions à nouveau assurer la formation des futurs prêtres pour un peu moins de 600 euros par séminariste. Il faut au total 127.000 euros pour les 213 jeunes hommes. Qui les aidera ?