Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)
  • Dr. Thomas Heine-Geldern, président exécutif de « Church in Need (ACN) » International.Image : Àide à l'Église en détresse
  • Une religieuse regarde le quartier portuaire détruit de Beyrouth après l'explosion d'août 2020.Image : Àide à l'Église en détresse
  • Distribution de colis alimentaires à Zahlé, Liban.Image : Àide à l'Église en détresse
  • Le pape François annonce une rencontre avec les représentants de l'église du Liban.Image : Àide à l'Église en détresse

« Le Liban a plus que jamais besoin de notre prière et de notre solidarité »

L’AED salue l’annonce d’une réunion de crise au Vatican

Lors de la prière de l’Angélus, hier, dimanche de la Trinité, le Pape François a annoncé qu’une rencontre avec les représentants ecclésiaux du Liban aurait lieu le 1er juillet. Le Président exécutif de l’Œuvre internationale catholique de bienfaisance « Aide à l’Église en Détresse » (AED), Thomas Heine-Geldern, a déclaré à cet égard :

« L’AED se réjouit de cette annonce et s’en félicite vivement. Le Saint-Père montre ainsi à quel point le sort du peuple libanais lui tient à cœur. Le Liban est le pivot de la chrétienté au Proche-Orient, et il a plus que jamais besoin de solidarité et de prière.

L’AED se tient depuis des décennies aux côtés des chrétiens de ce pays, où ils représentent environ un tiers de la population totale. Le Liban rassemble ainsi l’une des plus grandes communautés chrétiennes du Proche-Orient et est un symbole de la coexistence des religions. Le Liban, comme le disait à juste titre le Pape Jean-Paul II, est plus qu’un pays – le Liban est un message.

Cependant, ces dernières années, l’avenir du christianisme dans la région d’origine de notre foi est devenu de plus en plus sombre. L’exode des chrétiens du Liban et des pays avoisinants continue. Nous vivons cela de près grâce à nos partenaires de projets : l’instabilité politique, la corruption et les crises économiques déchirent le Liban. L’explosion du port de Beyrouth en août dernier a rendu la catastrophe humanitaire insupportable.

Soutenir et affermir les chrétiens du Liban face à cette situation désastreuse a été une préoccupation centrale de l’AED au cours des derniers mois. Nous voulons ainsi contribuer à ce que les chrétiens puissent rester dans leur patrie, et accomplir ainsi leur mission importante en tant que moteur du dialogue et de la paix.

Malheureusement, nous constatons que ces derniers mois, le Liban a de nouveau largement cessé de retenir l’attention de l’opinion publique mondiale. Pourtant, la souffrance de la population continue : suite à la pandémie de Coronavirus et aux difficultés économiques persistantes, une famine est même à craindre. C’est pourquoi l’AED apprécie l’initiative du Pape François. Nous demandons à tous les chrétiens de prier pour que cette initiative porte ses fruits.

La coopération des Églises chrétiennes au Liban revêt une importance capitale. Elles sont des interlocuteurs privilégiés pour les populations en détresse et pour les nombreux réfugiés syriens ou irakiens qui cherchent la sécurité dans ce pays. Il est vital que les Églises chrétiennes du Liban parlent d’une seule voix et continuent à coopérer intensément.

Pour sortir de la crise, le Liban a besoin de la prière de tous, du travail caritatif et du rôle de médiation des Églises. C’est ce que souligne le Pape François par son appel, auquel nous nous unissons de tout notre cœur. Nous ne devons pas oublier nos frères et sœurs du Liban ».

L’AED soutient actuellement une cinquantaine de projets au Liban. En 2020, l’AED a dépensé près de 4 millions d’euros, principalement pour reconstruire le quartier chrétien de Beyrouth après l’explosion d’août 2020, et soutenir le travail des prêtres et des religieux ainsi que l’engagement de l’Église qui accueille les réfugiés syriens ayant trouvé refuge au Liban et leur offre une aide d’urgence.