Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)
  • « „Le Rapport sur la liberté religieuse dans le monde“ de l'AED (Photo: AED/ACN)
  • Prof. Heiner Bielefeldt de l'unviersité d'Erlangen, Allemagne. (Photo: AED/ACN)

L’ancien rapporteur spécial des Nations unies, Mr Bielefeldt, rend hommage à la documentation de l’AED

« „Le Rapport sur la liberté religieuse dans le monde“ est important pour nous rappeler les atrocités qui sont commises dans de nombreuses parties du monde. Il revêt une importance particulière pour ceux qui souffrent de la violence », a déclaré le Professeur Heiner Bielefeldt, ancien rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de religion ou de conviction, à l’occasion de la publication prochaine du Rapport sur la liberté religieuse de la fondation internationale « Aide à l’Église en Détresse » (AED).

L'organisation catholique présentera officiellement l'étude « Religious Freedom in the World Report 2021 » (RFR) le 20 avril à Rome, ainsi que dans d'autres pays où l'AED a des bureaux nationaux.

Le Professeur Heiner Bielefeldt est l’un des auteurs ayant participé à la rédaction de ce rapport qui analyse la situation de la liberté religieuse dans 196 pays, et cela pour toutes les religions et croyances. Au total, plus de 30 experts et journalistes internationaux ont contribué au rapport. Théologien, philosophe et historien, Heiner Bielfeldt a été rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction au Conseil des droits de l’homme de l’ONU de 2010 à 2016.

Il est actuellement titulaire de la chaire de « Droits de l’homme et politique des droits de l’homme » à l’Université d’Erlangen en Allemagne. Selon Heiner Bielefeldt, ce sont surtout les minorités religieuses et ethniques qui souffrent de violations de la liberté religieuse : « Nous avons assisté à des violations des droits de l’homme de l'ampleur d'un génocide. Par exemple, dans la région chinoise du Xinjiang, où les Ouïghours subissent des violations massives. Selon certaines informations, des centaines de milliers de personnes y seraient placées dans des camps d’internement. Nous avons aussi observé de l’épuration ethnique, par exemple contre les Rohingyas qui ont été chassés de leur propre pays, le Myanmar ».

Le Professeur Bielefeldt a déclaré que les communautés chrétiennes du Proche-Orient avaient également connu de telles violations de la liberté religieuse. « De nombreux chrétiens ont été contraints de quitter les pays où ils avaient grandi, parce qu’ils ne voyaient pas d’avenir pour leurs communautés. Des forces radicales tentent même d’effacer les origines du christianisme dans certains pays ».

Il est important pour ceux qui subissent des violations en raison de leur religion ou de leurs croyances qu’ils « puissent compter sur le fait que, quelque part sur notre planète commune, des gens pensent à eux, et peut-être prient pour eux », a déclaré Mr Bielefeldt. « La pire chose qui puisse arriver à un être humain, c’est d’être détenu dans un endroit où il sait que personne ne saura jamais ce qui lui est arrivé, où tout le monde l’oubliera comme s’il était un paria. Le Rapport sur la liberté religieuse est donc une source d’espérance pour de nombreuses personnes ».