Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)

Déclaration de l’archevêque d’Erbil, Kurdistan, Irak

Les tensions actuelles entre les deux puissances ne doivent pas s’intensifier. L’Irak a souffert des guerres « par procuration » depuis des décennies, elles ont déchiré notre pays.

 

Nous sommes un peuple courageux et rempli d’espérance. Depuis la défaite du groupe État islamique en mai 2017 par les forces de la coalition, notre archidiocèse a travaillé avec les dirigeants d’autres Églises, des organisations chrétiennes et humanitaires, des gouvernements et des ONG pour aider à rebâtir nos communautés fracturées, à Mossoul et dans la plaine de Ninive. Cela a été un parcours ambitieux de collecter des fonds et d’obtenir le soutien de la communauté internationale pour nous aider à retrouver tout ce que nous avons perdu depuis août 2014.

Les tensions actuelles menacent des communautés très fragiles qui sont fatiguées de la guerre et de ses conséquences tragiques. Elles ont déjà beaucoup trop souffert et ne peuvent plus faire face à un avenir incertain. Elles ont besoin de certitude, de réconfort, d’espérance, et de croire que l’Irak peut être un pays pacifique plutôt que d’être victime et subir des dommages collatéraux sans fin.

En tant que dirigeants d’Église, nous suivrons toujours la voie tracée par Dieu en cherchant la paix, la réconciliation, le dialogue, et non le conflit. Sa Béatitude le cardinal Louis Sako, Patriarche des Chaldéens, a exprimé très justement les peurs et les angoisses de la population et l’espoir qu’elle a d’être épargnée des dégâts et de la tragédie de la guerre. Nous sommes unis à son appel à rechercher avec prudence un dialogue civilisé et à prier pour la paix.

Nous demandons à la communauté internationale d’agir de toute urgence pour user de son influence afin d’apaiser les tensions. Notre prière est pour la paix et pour que le dialogue aboutisse à une solution juste et pacifique.