Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)
  • (Image : «Aide à l'Église en détresse (ACN)»)
  • (Image : «Aide à l'Église en détresse (ACN)»)
  • [Translate to FR:]
    [Translate to FR:]
  • [Translate to FR:]
    [Translate to FR:]
  • [Translate to FR:]
    [Translate to FR:]

Ukraine : Les véhicules sont indispensables pour apporter de l’aide et de l’espérance

Stradch est un petit village de 3.000 habitants dans l’ouest de l’Ukraine, à 25 kilomètres de Lviv. La ville abrite un sanctuaire marial bien connu et a été le lieu de martyre du Père Mykola Konrad et du catéchiste laïc Volodymyr Pryjma. En octobre 2021, l’archevêque de Lviv a consacré la Maison du Pèlerin construite peu de temps auparavant, et dès le début de l’invasion russe, cette maison a ouvert ses portes aux personnes déplacées en provenance des zones de guerre. Au cours des six derniers mois, elle est devenue le foyer de plus de 350 personnes. Aujourd’hui, elle est encore remplie et accueille 50 personnes, dont 19 enfants âgés de six mois à 16 ans.

Sans camionnette, il est pratiquement impossible de répondre aux besoins des personnes déplacées, mais malheureusement, le Père Ivan Koltun, responsable du sanctuaire, n’avait jusqu’à présent pas de voiture. Ainsi, lorsque les réfugiés arrivent à la gare, ils doivent être pris en charge, ou lorsqu’ils décident de rentrer chez eux, il faut les emmener avec leurs affaires. Une fois installés, les nouveaux arrivants ont besoin d’aide pour obtenir les documents nécessaires, et pour cela, ils doivent être conduits au centre administratif du district, à la ville de Yavoriv qui se trouve à 35 km. En outre, pour nourrir les 50 résidents, il faut faire des achats volumineux, ce qui implique des voyages à Lviv presque tous les jours.

À l’avenir, non seulement la Maison du Pèlerin accueillera des groupes de retraitants et de pèlerins, mais elle sera aussi consacrée à la réadaptation psychologique des personnes affectées par la guerre. Grâce à l’aide des bienfaiteurs de l’«Aide à l'Église en détresse (ACN)», le Père Ivan vient de recevoir de l’aide pour acquérir un véhicule et pourra mieux s’occuper de tout le monde.

Transport d’enfants et aide humanitaire
Un autre exemple du soutien de l’«Aide à l'Église en détresse (ACN)» a été l’acquisition d’un véhicule pour la petite communauté de pères pallotins à Bilohiria, dans le centre de l’Ukraine. Avant la guerre, cette petite ville comptait environ 5.000 habitants, et les prêtres avaient également la charge de la petite paroisse voisine de Yampil, à 20 km de Bilohiria. Mais actuellement, il y a environ 2.000 personnes déplacées dans la région de Bilohiria, où se trouve le monastère. Pendant la guerre, les prêtres ont ouvert leur monastère aux déplacés, et déjà plus de 500 personnes ont franchi le seuil de cette maison. Aujourd’hui, le monastère abrite 17 mères qui, avec leurs enfants, n’ont pas d’endroit où retourner.

Depuis 2012, les prêtres gèrent, avec les Sœurs missionnaires bénédictines, un foyer pour dix enfants dont les parents ont été privés de l’autorité parentale. Cette activité nécessite de la mobilité, car il est souvent nécessaire d’emmener les enfants chez un médecin spécialiste ou de se rendre au centre de la région – dans la ville de Khmelnytskyï, à près de 100 km – pour effectuer des procédures administratives. Parmi les réfugiés figurait également un garçon de 12 ans de Kostantynovka (région de Donetsk), qui avait perdu ses parents dans les bombardements et a été pris en charge par le foyer pour enfants. En plus de tout cela, le Père Pavlo Goraj, supérieur de la communauté des Pallotins, est également aumônier d’une organisation d’aide au sauvetage et se rend souvent dans les villes les plus proches de la ligne de front pour fournir une aide pastorale et humanitaire, en particulier aux enfants et aux jeunes.

En avril, au retour d’un voyage à Slobidka (région de Tchernigov, à 570 km au nord-est de Bilohiria) – qui fut jusqu’à récemment le théâtre d’intenses combats – la voiture des Pallotins a été victime d’un accident. Le responsable a pris la fuite et le véhicule a subi des dommages irréparables. En temps de guerre, les procédures judiciaires et les paiements de dédommagements par l’assurance peuvent prendre beaucoup de temps, et comme c’était la seule voiture de la communauté, une aide d’urgence pour l’acquisition d’un nouveau moyen de transport était nécessaire.  La communauté a également bénéficié de l’aide de l’«Aide à l'Église en détresse (ACN)».

La Fondation internationale «Aide à l'Église en détresse (ACN)» a soutenu des projets d’une valeur de plus de 5 millions d’euros pour financer l’aide d’urgence et d’autres initiatives destinées à soutenir l’Église catholique des deux rites dans son effort titanesque pour rester aux côtés de son peuple en Ukraine pendant les cinq premiers mois de la guerre. Cette aide inclut 600.000 euros pour l’achat de 29 véhicules pour le travail pastoral et humanitaire. Pour la vie quotidienne de nombreuses personnes – paroissiens, enfants, personnes déplacées et personnes ayant besoin d’un soutien constant par le biais de l’aide humanitaire – le transport est devenu un élément clé de l’aide.Cette aide peut souvent sauver des vies et redonner de l’espoir.