Skip to navigation (Press Enter) Skip to main content (Press Enter)
  • (Image : «Aide à l'Église en détresse (ACN)»)

Enlevées, violées, réduites en esclavage! Des femmes et des filles chrétiennes appellent à l'aide!

« Aide à l'Église en détresse (ACN) » attire l'attention sur la violence croissante à l'encontre des femmes chrétiennes dans de nombreux pays du monde.

Enlevée, violée, mariée de force et forcée à se convertir
Maira Shahbaz, âgée de 14 ans seulement, a été enlevée, torturée et violée par trois hommes le 28 avril 2020 alors qu'elle rentrait de l'école près de Faisalabad, au Pakistan. "J'ai été torturée et violée. Tout a été enregistré et un film en a été tiré. On m'a fait du chantage. On m'a forcée à signer un certificat attestant que je m'étais convertie et que j'avais épousé mon ravisseur. On m'a dit que si je refusais, ma famille serait tuée", écrit Maira Shahbaz. Elle a été forcée d'épouser un de ses ravisseurs contre sa volonté. Sa famille s'est tournée vers les tribunaux pour libérer leur fille de ce mariage forcé, mais sans succès. Finalement, Maira a réussi à s'enfuir. Cet exemple, qui a été médiatisé, n'est qu'un des nombreux cas de violence à l'encontre des femmes chrétiennes qui se produit jour après jour sans que l'opinion publique ne s'en rende compte.

Un génocide insidieux
Les groupes islamistes radicaux comme "l'État islamique" ou Boko Haram poursuivent le plan stratégique d'exterminer les minorités chrétiennes dans des pays comme la Syrie, l'Irak, le Nigeria, le Pakistan, l'Égypte et le Mozambique par l'enlèvement ciblé et le mariage forcé de femmes. "La violence contre les chrétiennes est une arme dans la guerre d'usure contre les minorités religieuses. Les mères avec enfants constituent un groupe cible croissant que nous avons pu documenter. On ne retire pas seulement une personne du groupe ethnique chrétien, mais une mère et, avec elle, sa descendance", souligne la professeure Michele Clark, spécialiste américaine des droits de l'homme et de la femme. Selon elle, cette stratégie vise à l'extermination ciblée d'un groupe ethnique et remplit ainsi les conditions d'une tentative de génocide. En tant que scientifique, Clark a étudié la situation des chrétiennes coptes en Égypte. "J'y ai rencontré des femmes qui avaient été enlevées, mariées de force et forcées à se convertir". Selon les recherches de Clark, les enlèvements auraient pour but de forcer les jeunes femmes et les jeunes filles à se convertir à l'islam, afin d'exterminer les coptes en Égypte par exemple.
 

La connaissance de la souffrance des femmes est un appel à l'action
Jan Probst, le directeur de l' « Aide à l'Église en détresse (ACN) » en Suisse et dans la Principauté du Liechtenstein, appelle à l'action : "Nous parlons d'un crime. C'est un scandale absolu. Nous ne pouvons pas nous taire face à ces événements, mais devons les combattre par tous les moyens économiques, politiques, de communication et personnels et prendre des options pour ces femmes menacées". Les médias ne parlent pas assez des femmes enlevées et mariées de force. Il faut donc inciter à un débat politique et social. Les politiciens devraient prévenir la violence à l'encontre des femmes et veiller à ce qu'un espace sûr soit créé pour celles qui ont subi des violences religieuses. Cela concerne également les dispositions en matière d'asile.